AUDI A5 Sportback 2.0 TDI 170 Ambition Luxe

ESPACE COUPE
  • Ligne
  • Habitabilité et accessibilité
  • Agrément de conduite
  • Prix
  • Options nombreuses et chères
  • Quelques détails agaçants

Prix : 45 770 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes Turbo Diesel injection directe rampe commune FAP
Cylindrée 1968 cm³
Puissance maxi 170 ch à 4200 tr/min
Couple maxi 35.00 mkg à 1750.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.71 m
Largeur 1.85 m
Hauteur 1.39 m

Poids

Total 1530 kg

Capacités

Coffre de 480 à 980 dm³
Réservoir 65 L
Nb de places 4

Performances

Vitesse maxi 228 km/h
0 à 100 km/h 8.70 s

Environnement

Emission CO2 137 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 6.50
Urbaine 4.50
Mixte 5.20
Essai 0.00

Coupe quatre portes

AUDI a commencé la commercialisation de l’A5 par un coupé puis vint le cabriolet. Par habitude, on aurait pensé que la gamme se serait arrêtée là. Mais non, vous la vouliez, AUDI l’a faite : voici la version berline. Comment concilier le charme d’un coupé et le côté pratique d’une berline, aussi élégante que sa sœur aînée, voici l’A5 Sportback…

Extérieurement

On retrouve la même calandre, l’avant et la ligne de toit fuyante. Par contre dès que l’on jette un regard sur le côté, des changements interviennent. Elle gagne deux portes supplémentaires à l’arrière, avec des vitres de portes sans encadrement, ce qui lui donne de l’élégance et affine sa silhouette. Contrairement aux apparences, mais comme le coupé, elle a quatre vraies places. Le pavillon est surbaissé, pour garder le galbe du coupé. Elle ne perd pas en élégance par rapport à sa sœur aînée. On retrouve la même planche de bord sobre que dans le coupé et le cabriolet avec une position de conduite basse. On dispose de multiples fonctions de réglage pour le siège et le volant, idem pour le siège côté passager. Dans cette finition, on dispose d’une assise en cuir, qui reste ferme. La climatisation automatique est bi-zone. Les commandes de la radio, du GPS, du téléphone (commandé par Bluetooth), du répertoire téléphonique, sont intuitives et disponibles sous la main. On retrouve ces informations sur le large écran de la planche centrale, mais aussi un résumé est disponible devant le conducteur, entre le cadran indiquant la vitesse et le compte tours, ce qui évite de détourner trop souvent le regard de l’axe de la route. Les finitions sont impeccables et les matériaux sont de bonne qualité. Bien entendu, on dispose de détecteurs pour l’aide au parking. La prise en main est facile. Pour cet essai, l'AUDI dispose du moteur turbo diesel 2.0 TDI de 170 chevaux, associé à une boîte mécanique à six rapports. Il est silencieux au ralenti, puissant en accélération, souple et économique. Si on lui en demande plus, pas de problème : le couple est présent, avec de bonnes accélérations, de même en cas de relances. La tenue de route est précise et le freinage efficace. Une aide à la conduite pour les passages des vitesses informe que l’on peut passer au rapport supérieur ou inférieur, si on le souhaite. Heureusement le limiteur de vitesse est là pour nous calmer, tant on aimerait aller chatouiller dans les tours ce moteur puissant. La fonction "Stop & Start" est très appréciable en ville et très réactive au redémarrage du moteur. Le système est débrayable à souhait. Le seul regret, c’est un léger tremblement dès que l’on redémarre la voiture. Quelques petits détails gênants mais qui ont leur importance, en conduisant : le chrome des ouïes de ventilations latérales se reflète dans les rétroviseurs ce qui occasionne un éblouissement, surtout par beau temps. De même, un léger sifflement côté conducteur intervient dès que l’on roule à bonne vitesse. Donc contrairement aux apparences, la Sportback n’est pas une berline comme les autres. Tout comme le coupé, elle dispose de deux vraies places à l’arrière. Pour pouvoir garder un pavillon fuyant comme pour le coupé, les passagers sont assis très bas. Le dossier central, une fois rabattu, permet aux passagers de disposer d’un accoudoir, avec des porte gobelets extractibles, et sous l'accoudoir d'une trousse de premiers secours ; toujours pratique. L'accès au coffre est facilité par un large hayon. Tout comme les grandes berlines, la Sportback offre un vaste coffre, avec un seuil de chargement bas, et pas indisposé par les passages de roues. Bien entendu, les sièges sont rabattables, ce qui permet d’accroître le volume de chargement. En bref, un vrai coffre, volumineux et facile d’accès pour y mettre de grandes valises.

A bord

On retrouve la même planche de bord sobre que dans le coupé et le cabriolet avec une position de conduite basse. On dispose de multiples fonctions de réglage pour le siège et le volant, idem pour le siège côté passager. Dans cette finition, on dispose d’une assise en cuir, qui reste ferme. La climatisation automatique est bi-zone. Les commandes de la radio, du GPS, du téléphone (commandé par Bluetooth), du répertoire téléphonique, sont intuitives et disponibles sous la main. On retrouve ces informations sur le large écran de la planche centrale, mais aussi un résumé est disponible devant le conducteur, entre le cadran indiquant la vitesse et le compte tours, ce qui évite de détourner trop souvent le regard de l’axe de la route. Les finitions sont impeccables et les matériaux sont de bonne qualité. Bien entendu, on dispose de détecteurs pour l’aide au parking.

Conduite agréable

La prise en main est facile. Pour cet essai, l'AUDI dispose du moteur turbo diesel 2.0 TDI de 170 chevaux, associé à une boîte mécanique à six rapports. Il est silencieux au ralenti, puissant en accélération, souple et économique. Si on lui en demande plus, pas de problème : le couple est présent, avec de bonnes accélérations, de même en cas de relances. La tenue de route est précise et le freinage efficace. Une aide à la conduite pour les passages des vitesses informe que l’on peut passer au rapport supérieur ou inférieur, si on le souhaite. Heureusement le limiteur de vitesse est là pour nous calmer, tant on aimerait aller chatouiller dans les tours ce moteur puissant.

Quelques petits reproches

La fonction "Stop & Start" est très appréciable en ville et très réactive au redémarrage du moteur. Le système est débrayable à souhait. Le seul regret, c’est un léger tremblement dès que l’on redémarre la voiture. Quelques petits détails gênants mais qui ont leur importance, en conduisant : le chrome des ouïes de ventilations latérales se reflète dans les rétroviseurs ce qui occasionne un éblouissement, surtout par beau temps. De même, un léger sifflement côté conducteur intervient dès que l’on roule à bonne vitesse.

A l’arrière

Donc contrairement aux apparences, la Sportback n’est pas une berline comme les autres. Tout comme le coupé, elle dispose de deux vraies places à l’arrière. Pour pouvoir garder un pavillon fuyant comme pour le coupé, les passagers sont assis très bas. Le dossier central, une fois rabattu, permet aux passagers de disposer d’un accoudoir, avec des porte gobelets extractibles, et sous l'accoudoir d'une trousse de premiers secours ; toujours pratique. L'accès au coffre est facilité par un large hayon. Tout comme les grandes berlines, la Sportback offre un vaste coffre, avec un seuil de chargement bas, et pas indisposé par les passages de roues. Bien entendu, les sièges sont rabattables, ce qui permet d’accroître le volume de chargement. En bref, un vrai coffre, volumineux et facile d’accès pour y mettre de grandes valises.

L'AUDI A5 Sportback rejoint le réçent segment des berlines basses ou coupés quatre portes, lancé par la MERCEDES CLS. L'A5 Sportback est ainsi un magnifique coupé avec l'habitabilité, l'accessibilité, le confort d'une berline… de luxe.

Christophe CASTAING

2010-05-17