VOLKSWAGEN Eos TDI 140

ESPACE CABRIOLET
  • Qualité
  • Confort
  • Toit ouvrant
  • Réglages siège passager

Prix : de 26 990 € à 38 420 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes, turbo diesel injection directe rampe commune, filtre
Cylindrée 1968 cm³
Puissance maxi 140 ch à 4200 tr/min
Couple maxi 32.65 mkg à 2500.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.42 m
Largeur 1.79 m
Hauteur 1.44 m

Poids

Total 1592 kg

Capacités

Coffre de 205 à 380 dm³
Réservoir 55 L
Nb de places 0

Performances

Vitesse maxi 207 km/h
0 à 100 km/h 10.30 s

Environnement

Emission CO2 125 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 4.20
Urbaine 5.80
Mixte 4.80
Essai 0.00

UNE PLACE AU SOLEIL

Aucune n'y échappera? Après la Passat et avant le Tiguan, c'est au tour de l'Eos d'adopter la nouvelle identité VOLKSWAGEN, inaugurée par les Polo et Scirocco sous le crayon de Walter Da Silva. Cinq ans après sa présentation, le coupé-cabriolet de la marque se devait bien un petit remodelage. C'était l'occasion avant les beaux jours de voir si la VW pouvait garder sa place de première importée derrière les PEUGEOT 308 CC et RENAULT Megane coupé-cabriolet?

Place au sein de la gamme

Le nouvel Eos arrive en concessions le 11 mars, et vous n'aurez pas de difficulté à le reconnaître. La ligne générale est inchangée, à peine a-t-elle "pris" deux millimètres supplémentaires dus aux nouveaux boucliers. La face est à l'unisson du reste de ses consœurs. Les phares rectangulaires adoptent en leur partie inférieure, clignotant et feux diurnes. Et comme pour les autres VW, la calandre longue à trois barrettes épousent la forme des optiques, c'est quasiment du copié collé… Le signe distinctif n'a jamais été aussi marqué, à tel point qu'on pourrait se dispenser du logo. Le logo justement sert toujours à ouvrir le coffre (si on n'utilise pas la touche de la télécommande). Les feux arrière ont également changé en remplaçant les formes en rond par des rectangles, très proches de ceux de la Passat. On y retrouve le rassurant éclairage en L typique signe distinctif des VW. Le tour du propriétaire s'attardera sur les nouvelles jantes en alliage qui habillent l'Eos 2011 dès le premier niveau. Il y a toujours la possibilité de recourir à l'option pour monter en taille ou adopter un style différent.

Places confortables

L'intérieur est parfaitement inchangé mais très franchement il n'y a vraiment pas besoin de le modifier. On y retrouve le volant multifonctions recouvert de cuir. Le nouvel Eos adopte en série sur le niveau Carat une sellerie recouverte d'un cuir réfléchissant les rayons du soleil. On peut laisser son Eos décapoté en été sans se brûler en y prenant place. Ce niveau donne tous les réglages électriques du siège conducteur mais, petite mesquinerie, le passager se contentera de molettes pour trouver son confort. Parmi les packs disponibles, on peut agrémenter son intérieur de bois précieux.

Moins typé qu'une 308 mais plus fin que la Megane, l'Eos garde sa ligne générale plus compacte avec un pare-brise moins imposant grâce à son architecture de toit en cinq parties. La cinématique d'ouverture (ou de fermeture) est toujours aussi étonnante, et en quelques secondes, le VW se transforme en un cabriolet élégant. Le mouvement ne peut se faire qu'à l'arrêt de la voiture, mais, pour les plus pressés, l'opération peut se faire à distance via la télécommande. Rappelons que la particularité de l'Eos est d'avoir un toit ouvrant vitré, le seul du marché à proposer un tel équipement. 

Place aux économies de carburant

Même en configuration décapotée, l'Eos assure une tenue de route absolument parfaite, impossible de le prendre en défaut. La voiture se place correctement, reste collée à la route sans souffrir d'un quelconque manque de rigidité. On ne ressent pas trop les effets du vent, pourtant assez fort lors de l'essai. Le capot du coupé-cabriolet abrite le dernier TDI de 140 chevaux. Ce deux litres turbo Diesel (à rampe commune) est l'unique proposition avec ce type de carburant. Il est suffisamment puissant pour une utilisation courante et si on peut troquer la boîte mécanique à six rapports (dont les derniers sont un peu longs pour favoriser l'économie) par la DSG 6, c'est le régal. Sachez qu'on peut prendre la main sur cette boîte, par exemple en montagne pour garder un frein moteur. Il n'y a pas si longtemps les cabriolets ne roulaient qu'en essence. L'Eos garde deux moteurs dans son offre avec le "petit" 1,4 litre TSI de 122 chevaux associé, comme le TDI 140, au système Blue Motion. VW se préoccupe toujours d'économie en carburant et en rejets. Le principe est essentiellement basé sur un Start-Stop qui coupe le moteur à l'arrêt et d'un système de récupération d'énergie en phase de décélération. Et pour coller à cette philosophie, le V6 de l'ancienne génération a disparu du catalogue au profit d'un quatre cylindres de deux litres développant 210 chevaux (et déjà apprécié notamment dans le Scirocco).

La gamme Eos compte trois niveaux. On retiendra la climatisation et un régulateur de vitesse dès la finition de base. Le filet anti remous (et sa housse) est disponible avec le niveau intermédiaire "Sportline", qui, comme son nom l'indique, gagne un châssis sport avec suspensions raffermies et carrosserie surbaissée de quinze millimètres. L'Eos TDI 140 dans cette finition, un des probables "best seller" vous coûtera 32.790 € en boîte mécanique et 1.700 € de plus avec la boîte DSG. Parmi les nouveautés, l'Eos peut accéder au démarrage sans clé et comme les récentes productions VW, il dispose des systèmes "Park Assist", "Light Assist". Le premier gare la voiture dans un emplacement à peine plus long que la voiture (plus 80 centimètres contre 140 pour la génération précédente de Park Assist). Il permet désormais de stationner son Eos en épi. Le second système également proposé sur les autres modèles VW, change automatiquement de codes en phares (et inversement) quand la caméra ne détecte pas de véhicules dans son champ.

VOLKSWAGEN compte bien garder sa place au soleil dans le monde des coupés cabriolets et même grappiller des ventes aux tenants du titre français. Pour cela, son Eos nouvelle génération s'apparente visuellement au style de la marque et propose son sérieux et sa qualité de fabrication. Outre ses moteurs voués à l'économie et son excellente tenue de route, l'Eos propose désormais des systèmes d'aide pour vous faciliter la vie à son bord. Et si vous restez des inconditionnels de la capote en toile, sachez que la Golf cabriolet revient parmi nous?

Philippe Niollet

2011-02-18