PEUGEOT RCZ THP 200

ESPACE COUPE
  • Look ravageur
  • Equipement intérieur
  • Moteur
  • Pas de boîte automatique ni de commande de boîte séquentielle
  • Place à l’arrière même pour de jeunes enfants

Prix : 30 900 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes, Turbo
Cylindrée 1598 cm³
Puissance maxi 200 ch à 6800 tr/min
Couple maxi 26.00 mkg à 4500.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.29 m
Largeur 1.85 m
Hauteur 1.36 m

Poids

Total 1297 kg

Capacités

Coffre de 0 à 344 dm³
Réservoir 55 L
Nb de places 4

Performances

Vitesse maxi 237 km/h
0 à 100 km/h 7.50 s

Environnement

Emission CO2 159 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 5.60
Urbaine 9.10
Mixte 6.90
Essai 0.00

LE REVE DEVENU REALITE

On en parle beaucoup et on comprend pourquoi lorsque, déjà au premier coup d’œil, on est conquis par son look !

 On est du coup impatient de monter à bord pour espérer d’autres surprises de ce magnifique RCZ.

Visite extérieure

Sans savoir si le meilleur reste à venir, prenons déjà le temps de contempler les formes de la belle. Double sortie de pot d’échappement, un feu de stop central à diodes lumineuses placé au niveau du coffre, un aileron juste au-dessus du feu stop qui s’ouvre à plus de 20 km/h, la forme des feux arrière épouse superbement la poupe du RCZ, une monture de pneus sport de 18 pouces avec de très jolies jantes en alliage, des étriers de freins sur dimensionnés et si on cherchait déjà à pinailler un peu on dirait que du Brembo jaune ou rouge aurait encore ajouté un plus "sport" au véhicule.

De grands rétroviseurs avec rappel de clignotant, des poignées d’ouverture de porte dans le ton mais assez classiques, et de côté vraiment une superbe ligne, certes sans baguette de protection (il faudra faire attention sur les parkings), la ligne est vraiment splendide ! Le toit panoramique laisse passer la lumière et se termine par une touche carbone juste avant de se jeter sur le pare-brise. La calandre avec une sacrée "gueule" et une bonne dose d’agressivité donnent envie de tester la bête ! D’ailleurs en ouvrant les grandes portières et en s’asseyant à son bord, un petit regard dans les gros rétroviseurs extérieurs donne une impression de voiture des 24h du Mans ! Si, je vous assure : la forme arrondie de la carrosserie sur les roues arrière donne vraiment cette vision. De l’extérieur, si le "Gotha automobile" à sa sortie disait qu’il y avait de l’AUDI TT dans ce RCZ, moi je dirais plutôt qu’il y a une vraie authenticité sur ce modèle et que c’est même mieux que le TT et encore plus réussi.

Visite intérieure

Le modèle testé était le haut de gamme, ce qui, en termes d’équipements intérieurs, s’exprime tout d’abord par un pack cuir intégral : la sellerie est en cuir de couleur grise, la coiffe de planche de bord également et toutes les frises de panneaux de portes (en noir cette fois) et des brisements sont en cuir : l’atmosphère y est des plus chaleureuse. Les sièges sont bien enveloppants à la fois pour les jambes mais aussi pour le haut du corps, leur réglage est automatique (conducteur et passager), ils sont chauffants et dotés d’une très belle finition. Le volant que l’on a bien en mains est très "design", tout cuir également avec l’inscription RCZ chromée en sa partie inférieure. Beaucoup de chrome dans le RCZ puisque cela habille aussi les ouvertures de porte, le dessus du pommeau de vitesses et pour rester dans le même genre de métal les pédales d’accélérateur, de frein et d’embrayage sont au goût alliage : le caractère sportif est aussi de rigueur dans cet intérieur.

Quant aux accessoires de bord, on trouve une climatisation automatique avec réglage indépendant droite/gauche, un écran couleur GPS avec renseignements très utiles sur le trafic et le positionnement des radars. Placé au dessus des aérations centrales, il s’ouvre et se ferme à volonté et son utilisation est assez simple et pratique avec le joystick placé sur la console centrale. Ce joystick permet également d’accéder aux différents menus (radio, CD, GPS, téléphone…). A l’autoradio compatible MP3 s’ajoutent un lecteur CD qui ne permet de lire qu’un CD à la fois (pas de changeur multi-CD), des haut-parleurs assez classiques dissimulés dans les portières avant droite et gauche qui rendent un très bon son. On trouve enfin quelques rangements dans les portières et au niveau de l’accoudoir central ainsi qu’une boîte à gants assez généreuse avec zone réfrigérante.

L’affichage du tableau de bord se fait sur des cadrans ronds assez "design" (c’est d’ailleurs plus ici que l’on trouve une vraie ressemblance avec le TT…) avec compte-tours et vitesse version "aiguille" et entourant deux autres cadrans ronds, plus petits cette fois, pour la température moteur et la jauge à essence ainsi qu’un affichage central des données de l’ordinateur de bord où, à l’aide d’une sélection sur le côté du volant, on peut faire défiler au choix : vitesse "numérique", les indications GPS (oui en plus de l’écran) et les classiques autonomie, kilométrage entre autres. A noter la petite touche vintage donnée par la montre à aiguille très jolie, placée entre les deux aérations centrales.

Et que se passe t-il à l’arrière ?

Tout d’abord, l'accès est assez limité car même si en général (et c’est le cas ici) les larges portes d’un coupé permettent un accès aisé, c’est par contre la garde au toit qui laisse tout juste, aidée par quelques notions de LEGO, passer le siège enfant. Une fois passés deux sièges auto peuvent s’y loger. Il faut toutefois ensuite adapter le recul des sièges avant et notamment celui du conducteur à l’encombrement des jambes de l’enfant juste derrière. Pour ma part et pendant le trajet qui m’a mené de Paris à Deauville pour faire cet essai RCZ, j’avais placé le plus jeune de mes enfants (3 ans) derrière moi pour ne pas être trop pénalisé ! Si on peut s’en contenter sur un petit parcours et, à moins d’être vraiment un petit gabarit (je fais 1,78 mètre, ce qui n’est pas immense), il sera donc plus compliqué de faire des longs trajets dans ces conditions car cela impacte quand même le confort. Il reste que ce RCZ n’est pas non plus une familiale et qu’on ne peut pas avoir que les avantages de voyager dans un beau coupé sans en avoir de petits inconvénients. Cela dit et en comparant à la concurrence, je pense que le RCZ reste encore le mieux placé sur ce terrain.

Petite cylindrée - Gros cœur

En ayant en test le plus gros moteur que propose PEUGEOT pour ses RCZ, je me demandais si la petite cylindrée affichée des 1,6 litre allait suffire à prodiguer les sensations que l’on attend normalement du haut de gamme et puis surtout que l’on souhaite trouver au volant d’une si belle voiture. La bonne surprise est déjà venue du son de son moteur : il faut dire qu’un quatre cylindres n’a en général jamais trop fait vibrer l’oreille aguerri du "testeur" Lambda, fusse t-il un musicien de bas étage ! Alors qu’ici, on peut dire que les filtres et autres accessoires utilisés par les techniciens et ingénieurs du son ont permis de passer les bonnes fréquences et d’extraire du silencieux une assez belle sonorité.

Ceci "entendu", place au test sur route…

D’abord sur autoroute et à quatre à son bord (jeunes enfants derrière) direction la Normandie : on est confortablement installés, on voyage tranquillement en respectant les limitations de vitesse, la boîte mécanique six vitesses est assez linéaire sur tous ses rapports sauf peut-être une première qui a un peu de mal à monter dans les tours. Les rapports sont courts, en rétrogradant de 6 en 5, les indicateurs du tableau de bord affichent pour le moment des performances toutes "normales" et notamment une consommation instantanée plutôt flatteuse de 6,5 litres aux cent kilomètres. Et c’est en passant la quatrième que la belle commence véritablement à faire entendre son moteur, on dépasse alors les 5.000 tr/mn et on ne regarde plus la consommation. On n’est pas loin d’atteindre la zone rouge qui se situe à 6.000 tr/mn… Par contre, pourtant loin des 250 km/h gradués au compteur, on commence à me dire dans la voiture que je roule vite… il va falloir tester ce moteur sur les petites routes et seul !

Place donc à l’essai plaisir…

Les petites routes de Normandie se prêtant bien au test et la météo étant de la partie, me voici enfin seul à bord. Et ce que je pressentais déjà sur autoroute va vite se confirmer : ça pousse fort et les sensations sont au rendez-vous. Effectivement jusqu'à 3.000 - 4.000 tr/mn, c’est relativement doux et au-delà de 4.500 tr/mn, la belle commence sa transformation et ça part vraiment après pour prendre toute sa puissance à 5.000 tr/m et jusqu’au rupteur à 6.500 tr/mn. La tenue de route est très propre et que dire du freinage : énorme le freinage ! Si on évoquait au début de ce test un éventuel "oubli esthétique" de PEUGEOT au niveau des étriers, l’efficacité redoutable de ceux montés sur ce RCZ montre que PEUGEOT a, là encore, fait le bon choix.

On se sent vraiment bien dans cette voiture, elle est aussi belle de l’intérieur que de l’extérieur, d’ailleurs quel succès dans les rues huppées de Deauville où pourtant se mêlent les voitures les plus luxueuses, les plus sportives et les plus chères du marché automobile actuel mais là aussi, le regard des gens que l’on croisait était loin d’être indifférent.

Une vraie réussite ce RCZ : un design incomparable et somptueux !  Un petit moteur rempli à tous les régimes ! Un tarif très accessible pour cette gamme de véhicule et face à une concurrence bien plus chère ! PEUGEOT a vraiment eu du goût avec ce coupé. La firme française doit maintenant confirmer et continuer sur sa lancée pour nous montrer que ce renouveau n’est pas que passager.  

Stéphane Macadre

2010-12-01