SUZUKI Kizashi Sport 2,4l VVT CVT 4x4

ESPACE SPORTIVE
  • Esthétique
  • Tenue de route
  • Confort
  • Habitabilité
  • Émissions de CO2 élevées
  • Prix
  • Consommation

Prix : 32 000 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres - 16 soupapes Injection Multipoint essence
Cylindrée 2393 cm³
Puissance maxi 178 ch à 6500 tr/min
Couple maxi 24.00 mkg à 4000.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.65 m
Largeur 1.82 m
Hauteur 1.47 m

Poids

Total 1530 kg

Capacités

Coffre de 461 à 0 dm³
Réservoir 63 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 205 km/h
0 à 100 km/h 8.80 s

Environnement

Emission CO2 191 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 6.60
Urbaine 11.30
Mixte 8.30
Essai 0.00

ROUTIERE SPORTIVE

Invité par SUZUKI France aux Présentations Régionales, j’ai pu essayer sur les routes de la périphérie d’Avignon trois nouveaux modèles de la gamme SUZUKI. Accueilli dans la concession "Automobiles SP MOTORS" de Marc CHARLET à AVIGNON, Kisashi, Jimny, Grand Vitara, SX4, Splash, Alto et Swift étaient à notre disposition pour un essai. Je me suis plus particulièrement attaché à la Kisashi car c’est le véhicule atypique de la gamme SUZUKI tout récemment sorti. Citadines, SUV, tout-terrain et maintenant routières sportives, la sortie en mars 2011 de la Kizashi vient agrandir la gamme SUZUKI mais aussi la niche des routières sportives.

Esthétique intérieure et extérieure

 

Pas vilaine la bête… L’arrivée de la Kisashi surprend dans la gamme SUZUKI. Habitué à associer le nom SUZUKI à des motos ou à des automobiles citadines ou tout-terrain, la berline Kisashi est radicalement décalée. Cette voiture sportive affiche un look un peu agressif original qui attire l’œil des passants. Prometteuse vue de l’extérieur, au volant elle ne m’a pas déçu.

Trapue et compacte, la Kisashi, on aime ou on n’aime pas, mais il n’y a pas de demi-mesure. Malgré un côté bestial, sa ligne est fluide et harmonieuse. L’arrière est un peu massif et les deux pots d’échappements surdimensionnés dignes du "tuning" renforcent cette impression. Fort heureusement, la calandre beaucoup plus fluide apporte plus de finesse au véhicule renforcée par les roues de dix huit pouces chaussées en 235/45.

 

L’intérieur quant à lui est sobre et discret avec une petite touche de luxe. Les sièges et les habillages de portes en cuir y sont pour beaucoup dans cette sensation. L’équipement intérieur est tout à fait classique avec une bonne insonorisation et l’habitacle est spacieux sans pour autant que l’on s’y perde.     

 

Côté motorisation

 

Le 2,4 litres VVT essence de quatre cylindres en ligne et de 178 chevaux est proposé avec une boîte manuelle à six rapports en deux roues motrices ou bien en boîte automatique CVT en transmission intégrale. Le modèle essayé équipé de la boîte auto est agréable malgré une légère impression de glissement typique des boîtes CVT. En mode séquentiel, vous pouvez utiliser soit les palettes au volant ou le levier de vitesses pour les sportifs que vous tirez en toute logique pour monter les vitesses et que vous poussez pour rétrograder. La boîte réagit promptement aux sollicitations intensives et est bien adaptée à une conduite sportive. La motorisation est relativement silencieuse et le couple délivré suffisant pour assurer une bonne motricité du véhicule. Malheureusement, le taux de CO2 à 191 g/km est un peu élevé. SUZUKI devra porter quelques modifications sur les futurs modèles afin de diminuer le malus.

 

Côté structure

 

La plateforme uniquement destinée à la Kisashi est équipée d’un train pseudo Mac Pherson à l’avant et d’un essieu multibras à l’arrière. La direction est assistée par un vérin électrique ce qui apporte précision et réactivité dans la conduite. Aucun problème de tenue de route n'apparaît lors d’enchaînements rapides de virages.

 

Equipée du système 4x4 I-AWD (Intelligent All Wheel Drive), la SUZUKI s’accroche à la route en toutes circonstances mais il ne faut pas en abuser. Le freinage est assuré par deux disques ventilés à l’avant et deux disques pleins à l’arrière.

 

Confortables, les sièges en cuir, hormis l’image de luxe apportée, ont une bonne assise et ne sont ni trop fermes, ni trop souples. Chacun peut trouver sa position de conduite grâce aux multiples réglages possibles entre le siège et le volant. Les bruits de caisse, de moteur et de roulement grâce à une bonne isolation phonique sont discrets. La Kisashi n’a pas encore été évaluée par Euro NCAP mais au crash tests de la NHTSA (National Highway Trafic Safety Administration), elle a obtenu cinq étoiles.

 

Mes impressions

 

Vous avez entre les mains une vraie sportive avec une très bonne tenue de route, un moteur vif et des accélérations bien plus qu’honorables. Sans prendre un coup de "pied aux fesses", vous atteignez rapidement les vitesses limites autorisées. Sa boîte auto (CVT) en mode séquentiel est précise et répond rapidement  en conduite sportive.

 

Le prix de vente de 28.500 € en 2.4 VVT boîte manuelle et de 32.000 € pour la 2.4 VVT CVT 4x4 est malgré tout élevé même si la Kisashi révèle une très bonne qualité de fabrication et de finition.

J’ai beaucoup apprécié le côté original et peu commun de ce véhicule qui vous permet de ne pas avoir la voiture de monsieur tout le monde, avec son esthétique trapue et fine à la fois. Le confort, l’agrément de conduite, les performances du moteur, de la boîte et du freinage sont tout à fait à la hauteur. On pourrait regretter la présence des deux volumineux pots d’échappement qui gâchent un peu l’esthétique arrière. La boîte auto est parfaite en séquentiel mais en tout auto, elle manque un peu de réactivité ce qui est caractéristique des CVT. Enfin, si le prix maxi de la gamme ne dépassait pas les 30.000 €, ce serait presque le bonheur.

Denis LE GOFF

2011-06-05