VOLVO S60 & V60 DRIVe

ESPACE COMPACTE
  • Agrément
  • Ligne
  • Equipements
  • Sécurité
  • Consommation réelle
  • Visibilité arrière limitée

Prix : de 27 900 € à 38 980 €

FICHE TECHNIQUE

Moteur

Type 4 cylindres – 8 soupapes turbo Diesel injection indirecte rampe commune
Cylindrée 1560 cm³
Puissance maxi 115 ch à 3600 tr/min
Couple maxi 27.00 mkg à 1750.00 tr/min

Dimensions

Longueur 4.63 m
Largeur 1.87 m
Hauteur 1.48 m

Poids

Total 1481 kg

Capacités

Coffre de 380 à 0 dm³
Réservoir 68 L
Nb de places 5

Performances

Vitesse maxi 195 km/h
0 à 100 km/h 10.90 s

Environnement

Emission CO2 114 g/km

Consommations (L/100km)

Extra-Urbaine 3.90
Urbaine 5.10
Mixte 4.30
Essai 0.00

PARFUMS D’ECONOMIE

La série 60 (hors XC) représente les dernières nouveautés de VOLVO, la plus récente, le break, a été présentée au dernier Mondial de Paris. Ces modèles étaient bienvenus parce qu’ils ont permis à VOLVO de redresser ses courbes de vente, devenant même les plus diffusés de la marque. Fidèle à la tradition VOLVO, le break V60 est plus vendu que la berline S60, malgré son abandon des formes très parallélépipédiques qui permettaient des chargements record. Dans le même esprit plus aérodynamique, il y a quelques années le constructeur a, à son tour, développé une gamme économique nommée DRIVe. Après les petites (C30/S40/V50), c’est au tour des S et V60 d’arborer le sigle et évidemment d’embarquer la technologie.

Inventivité

On n’a pas besoin de présenter les deux voitures qui ont fait suffisamment de ventes pour qu’on les voit dans la rue. Longtemps à contre courant de l’aérodynamisme, vantant ses formes plutôt parallélépipédiques (rappelez vous les séries 700 et 900), VOLVO a opéré une petite révolution avec la première S80 puis le C30 et la première génération de S60, bref, c’est désormais de l’histoire ancienne. Bien lui en a pris, les amateurs n’ont pas fui. Les "60" et particulièrement cette deuxième mouture, ont gardé une personnalité forte mais sans l’inconvénient de la rigidité de style. La sécurité, chère à VOLVO, n’a pas été adoucie avec les courbes. De ce côté-ci, la tradition est maintenue inamovible, on y reviendra plus loin. Reconnaissons, pour rallier la majorité, que le V60 arbore une très belle ligne avec une once de break de chasse très élégant.

Exclusivité

Les S et V60 essayées ont un point commun : elles arborent le sigle DRIVe sur le coffre ou le hayon. Signe d’économie, VOLVO a appliqué les recettes désormais connues de "down sizing" et de récupération d’énergie. Le moteur est unique, un turbo Diesel injection directe rampe commune à quatre cylindres évidemment, et de 1,6 litre de cylindrée. La puissance tombe à 115 chevaux et vous remarquerez qu’on est dans la famille : 105 chevaux pour VW et 112 pour PSA par exemple… A moteur unique, boîte unique, VOLVO a gardé une boîte mécanique à six rapports et malheureusement pas de boîte automatique. La conduite n’en est pas moins pénalisée, le boîte est suffisamment bien étagée pour relancer et disposer de ressources en cas de besoin.

La motivation de cette famille DRIVe est orientée économie de carburant et de rejets désagréables. On retrouve un système Stop&Start (coupure du moteur à l’arrêt et au point mort) et, ce n’est pas aussi courant, la récupération d’énergie au freinage. Le compteur rappelle au conducteur, si besoin, de passer le rapport supérieur (ou inférieur). Les pneus ont été retenus à faible résistance au roulement. D’autres touches aérodynamiques ont été apportées. Le bilan global est d’afficher des consommations et des rejets très faibles (114 et 119 g de CO2 respectivement pour la S60 et le V60). Le chiffre séduisant de 4,5 litres aux cent kilomètres l’est tellement qu’on n’a pas réussi à l’atteindre en essai. En étant le plus attentif possible, on n’a pas fait mieux que 5,8 litres avec un V60 Summum…

"Scandinavité"

DRIVe n’est pas une finition mais une motorisation au même titre que les plus gros turbo Diesel D3 ou D5. Comme eux, nos VOLVO disposent des mêmes niveaux et même, ils ont osé, la finition sportive R-Design. VOLVO a eu raison, notre S60 DRIVe R-Design a permis de rassembler économie (toujours avec cet écart entre consommations constructeur et essai) et sportivité. Il est loin le temps des versions économiques dépourvues de tout agrément, c’est bien là le progrès. Le châssis est dynamique et les atours sont plus typés. Pour le côté plus statutaire ou premium, les quatre autres niveaux de la famille sont possibles, R-Design étant juste situé au centre et vendue, sans packs ni options, à 32.950 €. Ajoutez 1.000 € (seulement) pour avoir le V60 avec la même finition.

VOLVO revendique ou plutôt rappelle son appartenance au segment premium, et, c’est quelque peu paradoxal ou plutôt rassurant vu la nationalité de son propriétaire, cultive sa "scandinavité". Cette touche doit se reconnaître dans l’aménagement intérieur. Un peu à l’image d’un fabricant de meubles compatriote, la sobriété et le choix des matériaux font la différence avec plus de noblesse pour ceux là. Selon la finition, la voiture s’habille de cuir, de bois ou d’aluminium sur la fine console centrale (désormais signe de reconnaissance de VOLVO). A défaut, les plastiques sont de bon aloi, les ajustements sont à la hauteur de l’ergonomie, une autre des préoccupations de longue date du constructeur. Le premier niveau "Kinetic" bénéficie déjà de tous les équipements indispensables tels la climatisation ou le régulateur / limiteur de vitesse et pas mal d’équipements de sécurité.

Sécurité et électricité

S’il est un constructeur qui a toujours veillé à la sécurité, c’est bien VOLVO. Les 60 bénéficient du système "City Safety" qui empêche toute collision quand la vitesse de la voiture est inférieure à 30 km/h. Et pour l’avoir testé, c’est bluffant. La voiture détecte l’obstacle ou la personne et stoppe net (en veillant à commencer par freiner le train arrière pour gérer les mouvements de caisse), idéal dans un embouteillage où un arrêt brusque pourrait surprendre ou en cas de passage inopiné d’un enfant par exemple. Les autres dispositifs sont tout aussi attentifs, à commencer par le système d’information. Aux côtés de l’alerte de franchissement de ligne, les 60 ont, selon les finitions, un régulateur adaptatif de vitesse et de distance ou une alerte de vigilance. Les classiques repose-tête anti coup du lapin ou encore le signal "BLIS" d’angle mort sont devenus presque routiniers d’une VOLVO.

On le devine aisément, VOLVO se devait de proposer une gamme verte, les DRIVe, mais, de la même manière que ses concurrents, le constructeur explore des voies qu’on peut attribuer à l’avenir. Un C30 électrique roule en Suède et un V60 hybride et rechargeable arrivera sur nos routes à l’automne 2012. Dévoilé lors du dernier salon de Genève, le V60 hybride combine un turbo Diesel D5 (215 chevaux) qui entraîne les roues avant alors que l’arrière est confié à un moteur électrique (70 chevaux). La consommation moyenne pourrait osciller autour de deux litres et le taux de CO2 descendre en dessous de 50 grammes. On pourra opter parmi trois modes de fonctionnement en notant que la fonction purement électrique permet une autonomie de 50 kilomètres (prometteur)…

La gamme écolo DRIVe habille désormais la série 60. Le turbo Diesel de 115 chevaux (seulement quatre cylindres) permet de rouler plus économique et plus écologique. Le confort et l’agrément n’en demeurent pas moins présents au même titre que les autres modèles, d’autant que les DRIVe bénéficient des mêmes niveaux de finition. Le V60, plus vendu que la berline, donne le signal de l’avenir dans le domaine avec, pour 2012, l’arrivée d’une prometteuse version hybride rechargeable associée à un turbo Diesel (cinq cylindres cette fois-ci)…

Philippe NIOLLET

2011-07-15