PERSONNALITE PROPRE

CITROËN C4 Gamme

De 20900 € à

38800 €

4/5
Pour
  • Confort
  • Équipement
  • Vie à bord
Contre
  • Garde au toit à l’arrière
  • Esthétique qui peut déstabiliser les fidèles de la marque

La CITROËN C4 est sortie pour la première fois en 1928… Ce n’est pas obligatoirement le modèle le plus commun dans nos rues, mais ce n’est pas le cas de la C4 moderne dont la première génération est sortie en 2004 et la deuxième en 2010. La première génération était pour le moins singulière avec ses versions trois et cinq portes, alors que la deuxième était plus consensuelle. Qu’en est-il pour cette troisième génération ? C’est ce que nous allons voir durant ce premier contact. Deux versions ont été mises à notre disposition pour cet essai, une version 100 % électrique et une version essence PureTech 155.

Grandes ambitions

A l’inverse de certains de ses concurrents, CITROËN a choisi de ne pas différencier ses modèles thermiques de ses modèles électriques. Il est donc quasiment impossible de distinguer extérieurement le type de motorisation. Seul le “ë”, petit clin d’œil malicieux, nous indique un modèle électrique. En revanche, il est très facile d’identifier cette CITROËN puisque la filiation avec la C4 Cactus et le dernier C5 Aircross est indéniable et reconnaissable au premier coup d’œil. La nouvelle venue vient se positionner sur le segment C tout en conservant son ADN. Ce segment des berlines compactes représente 38% du marché français dont elle se veut être une prétendante innovante de la catégorie C berline et ne cache pas ses fortes ambitions en cherchant à toucher plusieurs publics.

Pour cela, elle arbore une face avant identifiable au premier coup d’œil avec ses chevrons marqués qui se poursuivent sur la calandre et se finissent sur les phares séparés offrant une nouvelle signature lumineuse originale. Le profil se démarque des productions de la marque française avec des éléments empruntés à plusieurs segments     : un profil de coupé mais avec un capot avant haut placé et un pavillon arrière très plongeant, des protections de bas de caisse proéminentes, une garde au sol haute de 156 millimètres et de grandes roues équipées de jantes de dix-huit pouces dès le deuxième niveau d’équipement.

Le plus étonnant reste cependant l’arrière de cette nouvelle berline. Le premier regard peut laisser penser à une production asiatique. Le becquet intégré rappelle la HONDA Civic et les feux arrière, la TOYOTA C-HR. Cet appendice aérodynamique n’a pas qu’une fonction esthétique, bien au contraire puisque qu’il est présent sur toutes les versions. On exploite ainsi le même style en V à l’avant et à l’arrière. Il a pour but d’améliorer la pénétration dans l’air du véhicule, à la fois en améliorant le Cx et le SCx et diminuant ainsi sa consommation. Il structure également la silhouette en prolongeant les lignes graphiques et le galbe du véhicule donnant un profil plus incisif et plus structuré tout en améliorant l’efficience globale. Il en résulte une meilleure autonomie pour la ë-C4 que pour sa cousine la e-208 avec la même plateforme et la même motorisation électrique.

Le confort

C’est ce qui caractérise notre française mais c’est également sa marque de fabrique depuis de nombreuses années. La philosophie qui a guidé son développement est le plaisir de vivre une expérience à bord différente et d’avoir l’impression de se retrouver dans un cocon. Pour cela, les anciens du quai Javel ont travaillé sur le confort perçu et les détails intérieurs. Tout d’abord, un nouveau volant et un affichage tête haute en couleur, un écran tactile de dix pouces et des commandes physiques qui permettent un accès complet aux différentes fonctions du véhicule.

Pour les passagers, le confort c’est important ! Ce sont six intérieurs différents qui ont été développés dont cinq ayant droit aux sièges “Advanced Confort” qui réunissent quatre paramètres de confort : visuel, accueil, postural et dynamique permettant une véritable expérience sensorielle. La première vision des sièges capitonnés annonce la couleur et cela est confirmé au fur et à mesure du voyage. Mais ce n’est pas le seul élément à avoir été exploré pour améliorer le confort. Il y a l’exploitation de la plateforme CMP à laquelle ont été couplées des suspensions à butée hydraulique progressive qui permettent une gestion intelligente des déformations de la chaussée. Avec cela, plus de pavés ou de dos d’âne, tout est nivelé et adouci. Tout ceci est renforcé par une acoustique travaillée.

Le confort va également passer par des attentions envers le bien-être du conducteur pendant la phase de conduite. Dans ce cas, le confort c’est aussi les aides à la conduite disponibles, et il n’y en a pas moins de vingt disponibles : “Active Safety Brake”, régulateur actif de vitesse, commutation automatique des feux de route… Le site internet du constructeur vous en énumérera l’ensemble avec tous les détails. En revanche, l’expérience de conduite vous donne un sentiment de facilité et de sûreté tant les aides sont efficaces, les différents réglages permettant de choisir quelle ingérence sera faite dans vos décisions.

Pour les passagers, c’est un autre confort qui est privilégié. Six technologies de connectivité sont intégrées dans le véhicule. Il y a également le “Smart pad support Citroën” qui permet de regarder en toute sécurité sa tablette, car le support peut être directement intégré dans le tableau de bord et n’empêche pas le déclenchement des airbags. De plus, il est équipé d’un filtre qui empêche le conducteur de voir l’écran. Les rangements ne sont pas en reste et sont au nombre de seize, permettant de stocker tous les accessoires que l’on peut emmener avec soi dont un tiroir, idéal justement pour ranger sa tablette. La luminosité est également privilégiée avec une surface vitrée de 4,35 m² qui rend l’habitacle clair et agréable à vivre. Pour les passagers arrière, l’espace aux genoux est généreux et en ayant occupé successivement avec mon mètre quatre-vingt-deux le siège avant et son vis-à-vis arrière, j’étais dans les deux cas, très à mon aise. Seule la garde au toit à l’arrière est faible en raison de la configuration de coupé du véhicule. Le coffre est dans une bonne moyenne avec 380 litres et 1.250 litres au maximum avec un plancher plat.

Et le reste ?

Grâce à la plateforme CMP, toutes ces caractéristiques sont valables pour tous les types de motorisation disponibles. Il y en a sept :

  • 4 versions essence : PureTech 100 à boite manuelle, PureTech 130 à boîte manuelle ou automatique EAT8 et PureTech 155 S&S EAT8 que nous avons essayée,
  • 2 versions Diesel : BlueHDi 110 à boîte manuelle ou BlueHDi 130 à boîte automatique EAT8,
  • 1 version 100% électrique de 100 kW (136 chevaux) que nous avons également essayée.

Pas encore de motorisation hybride au catalogue mais elle pourrait l’être à l’avenir, en revanche, l’hybride rechargeable ne serait pas prévue.

Quelle que soit la motorisation, nous sommes dans un vrai typage confort et le plaisir moelleux est donc disponible sur l’ensemble de la gamme. Ceci a été confirmé par nos essais. Les deux modèles essayés sont de la même veine. Le confort est indéniable, la souplesse de conduite est à l’avenant et on se plaît à rouler agréablement et en toute sécurité sur petites routes ou sur autoroute. Un prochain essai plus complet pourra nous en dire plus sur son usage quotidien.

Ces sept motorisations sont configurables avec sept couleurs de carrosserie dont les habituels gris, blanc et noir, mais aussi des couleurs plus pétillantes comme le bleu “iceland” de notre modèle électrique ou le rouge “élixir” de notre version essence et également le brun caramel. A cela se rajoutent cinq packs “colors” qui apportent quelques touches de couleur à l’ensemble, soit trente et une configurations de couleurs possibles.

Spécificités électriques

La version essence débute à 20.900 € et l’électrique à 35.600 € avant déduction des différentes aides. Pour cette somme, nous avons un véhicule capable de parcours près de 350 kilomètres en consommation normalisée, un couple de 260 Nm et une vitesse de pointe limitée à 150 km/h. Un choix qui s’avère totalement suffisant dans l’Hexagone mais qui pourrait limiter sa diffusion outre-Rhin.

Pour en arriver là, la nouvelle C4 a bénéficié de pneumatiques développés avec MICHELIN et effectué un vrai travail sur les rétroviseurs (nouveau module pour des voitures basses) avec un profil et un support travaillés et une distance par rapport à la vitre latérale optimisée.

Un bouton permet l’accès direct à l’ensemble des informations électriques. Diverses applications pour smartphones sont également disponibles et permettent d’accéder aux informations du véhicule lorsqu’il est branché, de déclencher le chauffage ou de gérer la charge. Les concessionnaires pourront même vous diriger vers des artisans qualifiés pour vous aider à améliorer votre installation électrique.

Le confort, il n’y a que cela de vrai pour passer un voyage agréable et apaisant. Lors de notre prochain essai, il sera possible de prolonger cette expérience et de voir au quotidien ce qu’il en est. A n’en pas douter, la CITROÊN C4 fera parler de sa ligne mais aussi de sa vie à bord. N’hésitez pas à vous faire votre avis en concession dès sa sortie.

La CITROËN C4 est sortie pour la première fois en 1928… Ce n’est pas obligatoirement le modèle le plus commun dans nos rues, mais ce n’est pas le cas de la C4 moderne dont la première génération est sortie en 2004 et la deuxième en 2010. La première génération était pour le moins singulière avec ses versions trois et cinq portes, alors que la deuxième était plus consensuelle. Qu’en est-il pour cette troisième génération ? C’est ce que nous allons voir durant ce premier contact. Deux versions ont été mises à notre disposition pour cet essai, une version 100 % électrique et une version essence PureTech 155.

Grandes ambitions

A l’inverse de certains de ses concurrents, CITROËN a choisi de ne pas différencier ses modèles thermiques de ses modèles électriques. Il est donc quasiment impossible de distinguer extérieurement le type de motorisation. Seul le “ë”, petit clin d’œil malicieux, nous indique un modèle électrique. En revanche, il est très facile d’identifier cette CITROËN puisque la filiation avec la C4 Cactus et le dernier C5 Aircross est indéniable et reconnaissable au premier coup d’œil. La nouvelle venue vient se positionner sur le segment C tout en conservant son ADN. Ce segment des berlines compactes représente 38% du marché français dont elle se veut être une prétendante innovante de la catégorie C berline et ne cache pas ses fortes ambitions en cherchant à toucher plusieurs publics.

Pour cela, elle arbore une face avant identifiable au premier coup d’œil avec ses chevrons marqués qui se poursuivent sur la calandre et se finissent sur les phares séparés offrant une nouvelle signature lumineuse originale. Le profil se démarque des productions de la marque française avec des éléments empruntés à plusieurs segments     : un profil de coupé mais avec un capot avant haut placé et un pavillon arrière très plongeant, des protections de bas de caisse proéminentes, une garde au sol haute de 156 millimètres et de grandes roues équipées de jantes de dix-huit pouces dès le deuxième niveau d’équipement.

Le plus étonnant reste cependant l’arrière de cette nouvelle berline. Le premier regard peut laisser penser à une production asiatique. Le becquet intégré rappelle la HONDA Civic et les feux arrière, la TOYOTA C-HR. Cet appendice aérodynamique n’a pas qu’une fonction esthétique, bien au contraire puisque qu’il est présent sur toutes les versions. On exploite ainsi le même style en V à l’avant et à l’arrière. Il a pour but d’améliorer la pénétration dans l’air du véhicule, à la fois en améliorant le Cx et le SCx et diminuant ainsi sa consommation. Il structure également la silhouette en prolongeant les lignes graphiques et le galbe du véhicule donnant un profil plus incisif et plus structuré tout en améliorant l’efficience globale. Il en résulte une meilleure autonomie pour la ë-C4 que pour sa cousine la e-208 avec la même plateforme et la même motorisation électrique.

Le confort

C’est ce qui caractérise notre française mais c’est également sa marque de fabrique depuis de nombreuses années. La philosophie qui a guidé son développement est le plaisir de vivre une expérience à bord différente et d’avoir l’impression de se retrouver dans un cocon. Pour cela, les anciens du quai Javel ont travaillé sur le confort perçu et les détails intérieurs. Tout d’abord, un nouveau volant et un affichage tête haute en couleur, un écran tactile de dix pouces et des commandes physiques qui permettent un accès complet aux différentes fonctions du véhicule.

Pour les passagers, le confort c’est important ! Ce sont six intérieurs différents qui ont été développés dont cinq ayant droit aux sièges “Advanced Confort” qui réunissent quatre paramètres de confort : visuel, accueil, postural et dynamique permettant une véritable expérience sensorielle. La première vision des sièges capitonnés annonce la couleur et cela est confirmé au fur et à mesure du voyage. Mais ce n’est pas le seul élément à avoir été exploré pour améliorer le confort. Il y a l’exploitation de la plateforme CMP à laquelle ont été couplées des suspensions à butée hydraulique progressive qui permettent une gestion intelligente des déformations de la chaussée. Avec cela, plus de pavés ou de dos d’âne, tout est nivelé et adouci. Tout ceci est renforcé par une acoustique travaillée.

Le confort va également passer par des attentions envers le bien-être du conducteur pendant la phase de conduite. Dans ce cas, le confort c’est aussi les aides à la conduite disponibles, et il n’y en a pas moins de vingt disponibles : “Active Safety Brake”, régulateur actif de vitesse, commutation automatique des feux de route… Le site internet du constructeur vous en énumérera l’ensemble avec tous les détails. En revanche, l’expérience de conduite vous donne un sentiment de facilité et de sûreté tant les aides sont efficaces, les différents réglages permettant de choisir quelle ingérence sera faite dans vos décisions.

Pour les passagers, c’est un autre confort qui est privilégié. Six technologies de connectivité sont intégrées dans le véhicule. Il y a également le “Smart pad support Citroën” qui permet de regarder en toute sécurité sa tablette, car le support peut être directement intégré dans le tableau de bord et n’empêche pas le déclenchement des airbags. De plus, il est équipé d’un filtre qui empêche le conducteur de voir l’écran. Les rangements ne sont pas en reste et sont au nombre de seize, permettant de stocker tous les accessoires que l’on peut emmener avec soi dont un tiroir, idéal justement pour ranger sa tablette. La luminosité est également privilégiée avec une surface vitrée de 4,35 m² qui rend l’habitacle clair et agréable à vivre. Pour les passagers arrière, l’espace aux genoux est généreux et en ayant occupé successivement avec mon mètre quatre-vingt-deux le siège avant et son vis-à-vis arrière, j’étais dans les deux cas, très à mon aise. Seule la garde au toit à l’arrière est faible en raison de la configuration de coupé du véhicule. Le coffre est dans une bonne moyenne avec 380 litres et 1.250 litres au maximum avec un plancher plat.

Et le reste ?

Grâce à la plateforme CMP, toutes ces caractéristiques sont valables pour tous les types de motorisation disponibles. Il y en a sept :

  • 4 versions essence : PureTech 100 à boite manuelle, PureTech 130 à boîte manuelle ou automatique EAT8 et PureTech 155 S&S EAT8 que nous avons essayée,
  • 2 versions Diesel : BlueHDi 110 à boîte manuelle ou BlueHDi 130 à boîte automatique EAT8,
  • 1 version 100% électrique de 100 kW (136 chevaux) que nous avons également essayée.

Pas encore de motorisation hybride au catalogue mais elle pourrait l’être à l’avenir, en revanche, l’hybride rechargeable ne serait pas prévue.

Quelle que soit la motorisation, nous sommes dans un vrai typage confort et le plaisir moelleux est donc disponible sur l’ensemble de la gamme. Ceci a été confirmé par nos essais. Les deux modèles essayés sont de la même veine. Le confort est indéniable, la souplesse de conduite est à l’avenant et on se plaît à rouler agréablement et en toute sécurité sur petites routes ou sur autoroute. Un prochain essai plus complet pourra nous en dire plus sur son usage quotidien.

Ces sept motorisations sont configurables avec sept couleurs de carrosserie dont les habituels gris, blanc et noir, mais aussi des couleurs plus pétillantes comme le bleu “iceland” de notre modèle électrique ou le rouge “élixir” de notre version essence et également le brun caramel. A cela se rajoutent cinq packs “colors” qui apportent quelques touches de couleur à l’ensemble, soit trente et une configurations de couleurs possibles.

Spécificités électriques

La version essence débute à 20.900 € et l’électrique à 35.600 € avant déduction des différentes aides. Pour cette somme, nous avons un véhicule capable de parcours près de 350 kilomètres en consommation normalisée, un couple de 260 Nm et une vitesse de pointe limitée à 150 km/h. Un choix qui s’avère totalement suffisant dans l’Hexagone mais qui pourrait limiter sa diffusion outre-Rhin.

Pour en arriver là, la nouvelle C4 a bénéficié de pneumatiques développés avec MICHELIN et effectué un vrai travail sur les rétroviseurs (nouveau module pour des voitures basses) avec un profil et un support travaillés et une distance par rapport à la vitre latérale optimisée.

Un bouton permet l’accès direct à l’ensemble des informations électriques. Diverses applications pour smartphones sont également disponibles et permettent d’accéder aux informations du véhicule lorsqu’il est branché, de déclencher le chauffage ou de gérer la charge. Les concessionnaires pourront même vous diriger vers des artisans qualifiés pour vous aider à améliorer votre installation électrique.

Le confort, il n’y a que cela de vrai pour passer un voyage agréable et apaisant. Lors de notre prochain essai, il sera possible de prolonger cette expérience et de voir au quotidien ce qu’il en est. A n’en pas douter, la CITROÊN C4 fera parler de sa ligne mais aussi de sa vie à bord. N’hésitez pas à vous faire votre avis en concession dès sa sortie.

Michel SANTONI

Fiche technique

Moteur

Energie

Indéterminé
Dimensions & Poids
Capacités
Performances
Environnement
Consommations
Garantie
Batterie