PHYSIQUE DE SÉDUCTEUR

RENAULT Arkana 1.3 TCe R.S. Line 140 EDC

34.600 €

4/5
Pour
  • Habitacle moderne et bien fini
  • Coffre familial
  • Ligne
  • Douceur de fonctionnement
Contre
  • Accès mesuré aux places arrière
  • Quelques trépidations à basse vitesse
  • À-coups de transmission, parfois, lors du passage à l'arrêt

Proposer un SUV Coupé en capitalisant sur le succès du Captur, c’est la voie qu’a choisi RENAULT pour diversifier son offre. Il n’est certes pas le premier, mais cette stratégie était à ce jour quasi-réservée à quelques constructeurs premium d’outre-Rhin. Si conjuguer un style baroudeur avec une silhouette sportive peut paraître antinomique, le résultat mérite intérêt.

Anticonformiste

“Vous ne devez pas l’avoir depuis longtemps, votre voiture !” ; “Vous permettez que je jette un coup d’œil ?” ; “J’ai bien vu la pub à la télé, mais c’est la première fois que je le vois en vrai.” Une dizaine d’interpellations en cinq jours d’essai, c’est rare ! Il est vrai qu’avec sa livrée Orange Valencia mise en valeur par le bouclier massif et les inserts noirs qui l’accompagnent, sa garde au sol de vingt centimètres ou encore sa double sortie d’échappement, notre Arkana ne fait rien pour passer inaperçu. Et manifestement, il plaît et risque de faire de l’ombre à son grand frère Kadjar, bien plus conventionnel, dont les ventes marquent le pas.

Initialement commercialisé en Russie en 2019, l’Arkana européen ne présente techniquement que peu de similitudes avec son homologue oriental construit sur un soubassement de DACIA Duster et dont les équipements ne correspondent pas aux standards occidentaux. Produit par l’usine de Busan en Corée du Sud “notre” Arkana est basé sur la plateforme CMF-B déjà utilisée par les dernières versions de Clio et Captur, mais étirée pour obtenir un empattement de 2,72 mètres (versus 2,58 m pour la Clio et 2,64 m pour le Captur). Un allongement qui porte la longueur totale de l’Arkana à 4,57 mètres pour le plus grand bénéfice des passagers de la banquette arrière et du coffre. Avec un volume de 513 litres, celui-ci accueille sans difficultés tous les bagages d’une famille au moment de la transhumance d’été.

Sur le plan esthétique, les projecteurs 100% LED intègrent à l’avant comme à l’arrière les signatures lumineuses en C qui caractérisent les derniers modèles RENAULT, surplombant à l’avant un bouclier noir ajouré très expressif sur notre version R.S. Line.

Mais c’est surtout le profil de l’Arkana qui fait la différence. La longueur du véhicule permet de le doter d’un pavillon dont le toit plongeant renforce le dynamisme de la poupe, tandis que les roues de dix-huit pouces accroissent la garde au sol et confortent le caractère viril du véhicule.

Coupé, mais familial

En proposant en haut de l’échelle un niveau de finition R.S. Line pour son Arkana, RENAULT enfonce le clou. Il vient titiller l’ego des clients potentiels, déjà séduits par le dynamisme d’une ligne fuyante qui rompt avec les codes habituels des SUV du segment C. Mais le constructeur n’en oublie pas pour autant la vocation familiale de l’Arkana qui dépasse le Kadjar de huit centimètres. Il a pour cela conservé les quatre portes, et son coffre à double niveau présente une taille respectable.

Comme bien souvent, les places avant n’appellent pas de commentaire quand à leur accessibilité, les sièges permettant de dominer la route comme il sied dans ce type de véhicule. Pour l’arrière, le résultat est plus mitigé. Une fois installé, pas de problème. Malgré sa ligne, l’Arkana propose une garde au toit de 86 centimètres et une place aux genoux suffisante même lorsqu’on mesure 1,80 mètre. Si l’empattement étiré apporte une partie de la réponse, pour améliorer le confort des passagers RENAULT a su incliner le dossier arrière un peu plus que de coutume et compenser une largeur modeste en creusant les panneaux des portes arrière. Seul handicap en corollaire à la ligne fuyante, l’accès aux places arrière ou la sortie du véhicule demanderont aux adultes de grande taille de baisser fortement la tête. Arkana et arthrose cervicale ne font pas bon ménage !

A l’intérieur, moins d’originalité avec une planche de bord très proche de celle du Captur à quelques aménagements près. Dans notre finition haute R.S. Line, l’instrumentation numérique de dix pouces est complétée par un écran tactile multimédia de 9,3 pouces disposé verticalement. Bon point, les commandes de climatisation restent physiques sous forme de trois molettes qui rendent les manipulations aisées. Sans entamer une énumération complète, parmi les équipements présents sur notre monture, citons les sièges avant réglables électriquement, le stationnement automatique, la caméra de recul, ou encore la climatisation régulée avec buses à l’arrière. La caméra 360° reste une option vivement conseillée en l’absence d’essuie-glace arrière et en raison d’une visibilité mesurée. En étant difficile, peut-être aurait-on pu disposer en plus d’un affichage tête haute et d’un hayon électrique…

Les matériaux utilisés pour la planche de bord sont valorisants au toucher comme à la vue avec les inserts façon carbone soulignés de rouge, tandis que la sellerie mixte cuir-suédine de la version R.S. Line est connotée sportive avec ses surpiqûres rouges. L’ergonomie comme l’assemblage ne souffrent pas de critiques.

Micro hybridation de mise

Accompagné par une boîte automatique EDC à sept rapports, notre Arkana était équipé du bloc 1.3 TCe de 140 chevaux déjà couramment utilisé sur les Mégane et sur d’autres modèles de la gamme. RENAULT lui a adjoint pour l’occasion un dispositif de micro-hybridation 12 volts, sous forme d’un alterno-démarreur relié à une petite batterie lithium-ion placée sous le siège passager. Le tout accompagne le bloc thermique en offrant un appoint de couple et de puissance lors des redémarrages, en utilisant l’énergie stockée dans la batterie lors des phases de freinage et de décélération. Ici, pas question de rouler en mode zéro émission, mais de réduire la consommation et le volume de CO2 (le constructeur revendique respectivement 8 % pour la consommation et 8,5 % pour le CO2). A l’usage, la micro-hybridation est totalement transparente pour le conducteur. Au cours de mon essai de plus de mille kilomètres, la consommation mesurée s’est établie à 6,85 l/100 km avec un usage routier comportant 50 % d’autoroute, ce qui reste très raisonnable. Le poids contenu de l’Arkana (1.336 kg) a bien facilité la tâche.

Sur la route

Même s’il dispose d’une ligne aguichante, même s’il revendique une appellation RENAULT SPORT avec ce niveau de finition, l’Arkana ne dispose pas d’atouts aussi sportifs que son physique le laisse supposer. Mais il ne démérite pas pour autant. Sa masse contenue associée aux 260 Nm de couple du bloc de 140 chevaux, lui permettent des accélérations et reprises largement suffisantes pour s’affranchir de toutes les difficultés normales de la circulation.

Le constructeur a par ailleurs revu les trains roulants de l’Arkana pour éviter les écueils du Kadjar dont le comportement routier était jugé trop mou compte-tenu de sa hauteur. Et les corrections s’avèrent efficaces. Le roulis est maîtrisé et permet une conduite relativement dynamique si on considère la vocation avant tout familiale du véhicule. Quelques trépidations peuvent apparaître lors de roulages à basse vitesse, sans doute liées aux roues de dix-huit pouces qui équipaient notre monture, mais rien de rédhibitoire, l’Arkana se montrant plus confortable que le Captur.

La souplesse du bloc moteur bénéficie de la douceur de la boîte à double embrayage EDC, dont les sept rapports se montrent efficaces dans toutes les circonstances. Seuls, de temps à autre, quelques à-coups de transmission peuvent être ressentis lors des derniers mètres avant l’arrêt.

Facturé 34.600 € dans cette finition haut de gamme, l’Arkana débute à 29.700 € en finition Zen.

Même si la promesse sportive liée à l’appellation R.S. Line est proche de l’habillage marketing, l’Arkana demeure un SUV familial plaisant à vivre et à conduire. Sa ligne dynamique représente une alternative intéressante aux SUV compacts qui foisonnent dans nos rues. Seule limite à prendre en compte : l’accessibilité aux places arrière pour les grands gabarits. A tester aussi en version E-TECH Hybride 145 ch.

Bruno ROUMEGOUX

Fiche technique

Moteur

Type thermique

Essence 4 cylindres 16 soupapes micro hybridation 12V

Transmission

Traction -BVA EDC7

Cylindrée

1.333 cm³

Puissance thermique

140 ch
4500 tr/min

Couple thermique

260 N m
1750 tr/min

Energie

Essence
Dimensions & Poids

Longueur

4.57 m

Largeur

1.82 m

Hauteur

1.57 m

Poids total

1336 kg
Capacités

Coffre

de 513 à
1296 dm³

Réservoir

50 L

Nombre de places

5 places
Performances

Vitesse maximale

205 km/h

0 à 100km/h

9.8 s
Environnement

Emission CO2

138 g/km
Consommations

Consommation mixte carburant

6.1 L/100km
Garantie
Batterie